You are currently viewing l’anthropomorphisme : un outil utilisé en médiation animale

l’anthropomorphisme : un outil utilisé en médiation animale

Nous entretenons tous des relations étroites avec nos animaux de compagnie. Nos petits et grands compagnons ont une place de choix au sein de nos familles. En effet, en France, un foyer sur deux possède un animal. On les considère comme des membres familiaux à part entière et parfois même comme des bébés. Mais ne faisons-nous pas parfois un peu d’anthropomorphisme ?

Qu’est-ce-que l’anthropomorphisme ?

L’anthropomorphisme c’est le fait d’humaniser les animaux. C’est-à-dire, que l’on va attribuer nos émotions et réactions humaines à nos amis à poils. On se persuade qu’ils agissent comme nous. Par exemple on va dire qu’ils sont jaloux ou qu’ils se vengent suite à un rappel à l’ordre.

Bien que les personnes faisant de l’anthropomorphisme sont bien intentionnées et sensibles au bien-être animal, faire une mauvaise interprétation de leurs comportements peut quelquefois avoir de lourdes conséquences. En effet, le propriétaire va agir avec son animal de compagnie comme si c’était un autre être humain et cela peut créer notamment des problèmes de cohabitation. Vous pouvez d’ailleurs consulter les exemples de malentendus concernant le comportement du chat.

De plus, l’anthropomorphisme ne se limite pas aux animaux. On transfère aussi nos sentiments sur des objets ou sur la nature qui nous entoure. C’est d’ailleurs à ce sujet qu’il y a des débats concernant les robots humanisés. Ce que je comprends tout à fait ! Voici mon anecdote. Avec des amis nous avons voulu tester un restaurant où c’est un robot qui nous emmène les cafés. La machine circule au milieu des tables et je me suis retrouvée à m’excuser envers elle de lui avoir passé devant quand j’étais dans l’allée. Il faut avouer que sa bouille mignonne et si serviable prête à confusion ! Est-ce que cela vous est déjà arrivé ?

chat-transport-sac-a-dos-anthropomorphisme

Ses conséquences

Les vidéos montrant un chat fêtant son anniversaire ou un chien habillé en vêtement de luxe sont virales sur internet et se propagent facilement grâce aux réseaux sociaux. Alors bien sûr, offrir un cadeau à notre animal de compagnie peut lui faire plaisir et combler notre besoin de prendre soin de lui, mais comme dans toutes choses, les excès peuvent entraîner des dégâts.

L’exemple le plus flagrant il me semble est celui concernant l’éducation canine. Les propriétaires se retrouvent parfois avec des chiens réactifs qui développent des comportements pouvant être dangereux. En ignorant ou ne respectant pas les besoins éthologiques de l’animal, il peut même développer des maladies.

Mettre du parfum à son compagnon est du pur anthropomorphisme et ce n’est pas sans conséquences. Tout d’abord cela peut lui irriter gravement la peau, mais également lui créer des problèmes sociaux avec ses congénères. En effet, la communication olfactive est importante chez nos amis à poils et à plumes. L’arrivée d’un bébé dans la maison peut être aussi compromise et engendrer des risques si l’animal de compagnie était avant le chouchou de toute l’attention familiale.

Les exemples d’anthropomorphisme sur les animaux sont nombreux et nous y assistons sans même plus nous en rendre compte. Soyons aussi conscients, que tous les jours, des animaux sont euthanasiés ou abandonnés, car nous leur demandons de se comporter comme des humains.

chien-deguise-fantome-anthropomorphisme

Pourquoi utiliser l’anthropomorphisme ?

Dès notre plus jeune âge nous sommes soumis à l’anthropomorphisme. Les comtes et les dessins animés pour enfants attribuent notre perception des sentiments aux animaux. Pourtant, à l’origine ces récits enfantins étaient dédiés à faire passer des messages aux enfants. On reprend donc plus ou moins le même schéma en médiation animale. On va utiliser cette projection des sentiments et des ressentis pour travailler par exemple le vocabulaire et la reconnaissance des émotions. De plus, pour certains bénéficiaires, cela leur permet surtout de pouvoir verbaliser ce qu’ils ressentent. Bien entendu et je vous rassure, l’éducation et le bien-être des animaux médiateurs est primordial au sein de la pratique.

Prenons l’exemple de l’atelier de la « brosse à émotion« . Connaissez-vous ? On met à disposition plusieurs brosses adaptées à l’animal choisi (chien, chat, lapin, cheval…). Le bénéficiaire aura le choix entre des brosses de structures différentes : dures, douces, à picots, de massage, etc. On va alors demander à la personne de penser à une situation vécue et à l’émotion ressentie lors de cet épisode. Ensuite, le participant pourra aller se confier à l’animal présent en utilisant la brosse qui se rapproche le plus à la sensation éprouvée.

enfant-confession-cheval

Ce qu’il faut retenir. L’anthropomorphisme signifie que l’on humanise le comportement des animaux, d’objets ou même d’éléments naturels comme les arbres, la mer ou les fleurs. On fait une mauvaise interprétation de leurs émotions en pensant qu’ils ressentent la même chose que les êtres humains. Hors ceci peut avoir de graves conséquences tant pour les propriétaires que pour nos compagnons à pattes. La médiation animale utilise en revanche, l’anthropomorphisme pour travailler plus facilement la gestion et la verbalisation des émotions d’un public déjà fragile.

De mon côté, je plaide coupable, je suis « anthropomorpheuse » sur certains points 🙂 Et vous ? N’hésitez pas à nous le dire en commentaire.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager !

Cet article a 2 commentaires

  1. Hélène

    Ton article m’a fait penser aux fables de La Fontaine. Je suis devenue végétarienne car je pense que les animaux ressentent des souffrances et qu’ils ont autant le droit de vivre que les humains. Est ce que ça c’est de l’anthropomorphisme?

    1. Bien sûr que les animaux peuvent être en souffrance. Ils ont leurs propres émotions, qui ne sont par contre pas à confondre avec les nôtres 😉

Laisser un commentaire