You are currently viewing Intervenant en médiation animale : les professionnels en parlent !

Intervenant en médiation animale : les professionnels en parlent !

Nous sommes de plus en plus à vouloir nous lancer en tant qu’intervenant en médiation animale, et comme toute nouvelle activité, chacun a besoin de recueillir diverses informations. C’est pour cela que j’ai créé un sondage et récolté quelques réponses auprès des professionnels du milieu. Je vous partage les réponses et mon analyse dans cet article 😉

Les professionnels participants du sondage

Afin que chacun puisse faire sa propre critique des résultats, voici la description du panel. Le questionnaire a été réalisé sur environ 70 professionnels du secteur de la médiation animale : 24 % n’ont pas encore commencé ou ont moins d’un an d’activité, 29 % ont entre 1 an et 2 ans de pratique, 15 % ont entre 3 et 5 ans d’ancienneté, 19 % exercent la MA depuis plus de 5 ans, 11 % ont plus de 10 ans d’expérience et 1 personne, je me devais de la notifier, est dans ce milieu depuis plus de 40 ans. Vous trouverez le détail dans l’image ci-jointe. Tous sont en France ou dans un pays plutôt francophone.

participants-sondage-mediation-animale

A propos des formations

Nous verrons dans les graphiques ci-dessous que très peu de personnes se lancent dans cette activité sans formations. En effet, la plupart ont suivi au moins une formation voir même trois formations différentes. C’est un sujet qui revient régulièrement pour les gens qui veulent particulièrement se reconvertir comme intervenant en médiation animale. Et la question est importante ! Comme je l’ai évoqué dans mon précédent article, c’est un métier qui ne s’improvise pas seulement car nous avons un animal sympa. D’ailleurs, c’est peut-être ce qu’il fait défaut dans la notoriété de la pratique : des personnes trop peu formées, proposant des séances non adaptées à un public fragilisé. Il y a des connaissances à avoir notamment sur les pathologies de votre clientèle mais aussi, des compétences concernant l’éducation de vos animaux médiateurs.

A presque 90 %, les professionnels continuent de se former. Certains ne le font pas principalement pour des raisons financières, car on ne va pas se le cacher, toutes ces formations ont un coût. Mais il est vrai, que ce métier devient vite une passion et l’envie de s’accomplir, tant professionnellement que personnellement, nous poussent à toujours nous former afin de donner le meilleur de nous-mêmes, pour nos animaux et nos bénéficiaires.

formation-mediation-animale

Une pratique reconnue

A la question « trouvez-vous qu’il y a une démocratisation de cette pratique ? », les intervenants sont presque tous d’accord. Oui a 85 %. La médiation animale est de plus en plus connue du grand public et surtout des professionnels de santé. Dans le second graphique, on s’aperçoit justement qu’il y a plutôt une augmentation des demandes ou en tout cas, une certaine stabilité mais quasiment pas de baisse de clientèle.

Mais malgré que cette pratique se démocratise, elle n’est pas encore assez répandue et mérite d’être encore plus connue. Cela viendrait-il du fait qu’il n’y a pas assez d’évènements marquants sur ce sujet ? C’est pour cela qu’à 80 % les intervenants en médiation animale pense que ce n’est pas un marché saturé et qu’il y a de place pour tout le monde.

potentiel-economique-mediation-animale

Une clientèle plutôt régulière

Suite au sondage, on remarque que les séances de médiation animale se font principalement avec une clientèle régulière. C’est-à-dire des sessions plutôt hebdomadaires ou mensuelles. Bien entendu, il est également possible de prendre rendez-vous pour des séances ponctuelles, à la demande, ce qui arrive dans 20 % des cas.

Aussi, on peut se rendre compte que la majorité de la clientèle est une clientèle professionnelle. L’intervenant en médiation animale va donc davantage travailler avec des professionnels de santé, et plus précisément avec les structures d’accueil de personnes fragilisées telles que Ephad, IME, associations diverses, ou directement avec les éducateurs spécialisés ou psychologue qui ont besoin d’un accompagnement aux soins.

Ce sont au sein de ces structures que 70 % des séances de médiation animale sont réalisées. Mais il est également possible, si l’intervenant en dispose, de faire ces séances directement chez l’intervenant, comme par exemple pour les fermes pédagogiques. Pour les particuliers, les sessions se feront alors plutôt au domicile du bénéficiaire.

clientele-mediation-animale

Le revenu de l’intervenant en médiation animale

Tout d’abord, il faut savoir que les prix à la séance diffèrent. Cela tient compte, de la durée, du lieu, de l’animal médiateur, des activités proposées et si la séance se déroulera de manière individuelle ou collective. Tant de paramètres à prendre en considération. Mais de manière générale, les prix varient de 40€ à 90€ de l’heure.

Le métier d’intervenant en médiation animale fait partie des branches du social. Et comme nombreuses professions dans ce secteur, on les exerce plutôt par vocation que pour le gain d’argent. Cela se ressent dans les résultats du sondage, puisque environ 60 % des intervenants avouent gagner moins de 1000 euros net et avoir des fins de mois difficiles. Pour les autres, la majorité estime gagner entre 1000 euros et 2000 euros net.

Pourtant, selon les retours, il existe un réel besoin et certains bénéficiaires sont parfois prêts à y mettre le prix. Mais lorsqu’on exerce dans le milieu social, on se heurte aussi à des moyens limités et les aides mises en place ne suffisent pas forcément.

revenu-mediation-animale

Les difficultés rencontrées

Lorsqu’on se lance en intervenant en médiation animale, c’est difficile et long à se faire connaître. Le retour d’expérience des professionnels indique en général environ deux ans pour pouvoir en vivre si c’est votre activité principale. Egalement, les compétences commerciales ne sont pas les notions auxquelles nous pensons quand on choisit un métier dans le social ou en rapport avec les animaux, mais il va clairement falloir s’y mettre : oser démarcher, savoir se vendre, créer son réseau, etc…

Ensuite, vient le manque de temps. Et oui ! Il faut préparer ses séances, gérer l’administratif mais surtout prendre soin et éduquer les animaux. C’est un gros investissement temporel, cela demande de l’organisation, de l’adaptabilité et de la polyvalence. C’est un métier multifonctions. De plus, entre les formations, l’entretien des animaux et l’achat de matériel adapté et pédagogique, c’est un certain engagement financier.

Ce métier peut parfois être difficile émotionnellement, pour plusieurs raisons. D’une part, il faut faire face au décès de vos animaux et au décès malheureusement de certains bénéficiaires avec qui vous travaillez depuis plusieurs années. D’autre part, vous pourrez avoir le sentiment d’être seul(e) : 1 intervenant sur 2 trouve qu’il n’y a pas de soutien entre les « concurrents » ou un manque de reconnaissance des responsables de structures. Si vous montez votre entreprise, vous allez vous transformer en gérant de société avec les avantages et les inconvénients qui vont avec.

Si vous n’êtes pas prêt à faire face à ces situations, trouver un contrat salarié dans une structure existante peut être un bon moyen, mais les places sont rares. D’autres ont pu pratiquer la médiation animale comme activité complémentaire, ce qui est une autre option plus « sécuritaire ».

difficultes-metier

Les bons côtés du métier d’intervenant en médiation animale

Poser la question aux intervenants « Que vous apporte la médiation animale ? » et ils vous répondront sûrement : épanouissement et partage ! En effet, ce sont des termes qui reviennent souvent quand ils parlent de leur activité. Malgré les contraintes et les difficultés du métier, quasiment tous prennent plaisir à effectuer leur séance de médiation. C’est plus qu’un travail, c’est une mission de vie, un choix de vie. C’est un accomplissement professionnel qui allie deux passions : les animaux et la relation d’aide. Vous avez le sentiment d’être à votre place et d’être utile. Avec les bénéficiaires s’installe un réel partage d’émotions.

Pour résumé, c’est un travail difficile mais aucun métier n’est parfait, il y a des hauts et des bas. Mais être intervenant en médiation animale est un équilibre, qui vous apporte du bonheur et un souffle de vie. On ne fait pas ce métier pour l’argent, on le fait par passion ! C’est une pratique qui a de l’avenir et qui mérite d’être connue.

Et vous ? Avez-vous envie de vous lancer ? Partager votre ressenti en commentaire 🙂

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager !

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire